Bébé Bien-Naître, Infirmière-Puéricultrice est aussi sur Facebook

Suivez nous sur Facebook

Secteur Yutz/ Sierck-les-Bains/ Thionville/ Metz

Déplacement à domicile

http://bebe.bienaitre.free.fr

Email : bebe.bienaitre@free.fr

Tél. : 06.14.73.05.11

Isabelle ZAPPA

Infirmière-Puéricultrice DE

Soutien à la Parentalité

Thalasso Bain Bébé

Portage, Massage, Yoga pour bébé

Signes associés à la Parole, Eveil et Signes

Initiation à la réflexologie plantaire pédiatrique

Les signes avec bébé


D’où vient le concept de communication gestuelle ?

Aux Etats-Unis, dans les années 80, Joseph Garcia, interprète en Langue des Signes Américaine, remarque que les enfants entendants qui grandissent auprès de parents sourds commencent à communiquer précocement dès l’âge de 9 mois en Langue des Signes. Ils sont également plus sereins et pleurent moins. Suite à cette constatation, il mène une étude approfondie et fait découvrir au grand public la Langue des Signes pour bébés grâce à son programme « Sign with your baby ».

Dans les années 90, Linda Acredolo et Susan Goodwyn, docteurs en psychologie à l’université de Californie, étudient l’impact de la communication gestuelle sur le développement du jeune enfant et remarquent que les enfants qui ne parlent pas utilisent spontanément et naturellement des gestes pour communiquer. Elles créent le programme « Baby signs »

Le concept est arrivé en France en 2006 avec Nathanaëlle Bouhier-Charles, qui a traduit la méthode américaine en Langue des Signes Française avec le livre « Signes avec moi ».


Le principe

Signer avec bébé, C’est à la portée de tous. En résumé, un mot-clé= un signe.

Observez votre bébé : tout petit, il exprime déjà ses besoins avec son corps. Et c’est à vous, parents de décoder les signaux envoyés pour y répondre et favoriser l’attachement.

En grandissant, dès 6 mois, il fait d’énormes progrès psychomoteurs et commence à imiter l’adulte… Par exemple : il pointe du doigt, fait « oui, non » de la tête, « bravo, au revoir, chut » et est très réceptif aux mouvements des mains lors d’une comptine ou une histoire mimée.

La communication gestuelle devient donc possible car il observe, mémorise, fait le lien entre le mot et le signe.

A la parole, vous allez associer simultanément un signe qui traduit un mot-clé, une idée, une envie, un besoin. Par imitation, l’enfant qui n’a pas encore acquis le langage va vous répondre, exprimer ses émotions, indiquer ses envies, commenter ses actions, nommer des personnes, des objets.


Les bienfaits

La communication gestuelle est un outil au cœur d’un accompagnement bienveillant.

Il se fait comprendre, entre en interaction individuelle, personnalisée avec ses parents et son entourage : c’est une ouverture au monde extérieur.

Il apprend à se connaître, prend conscience de son schéma corporel, développe sa motricité fine et globale.

Il prend confiance en lui car il peut exprimer ses émotions, ses ressentis.

L’enfant est acteur de la communication


Il se sent compétent car il comprend les besoins de son enfant.

Il soutient son enfant dans ses acquisitions et favorise son autonomie.

Il peut anticiper et prévenir des malentendus qui sont source de souffrances et frustrations inutiles…

Le lien d’attachement est renforcé grâce à cet échange individualisé.


En pratique

Les signes utilisés sont ceux de la Langue des Signes Française qui est la langue maternelle et naturelle de la communauté sourde, propose une image en 4D et dont le code est commun.

L’adulte est à l’écoute, se met à hauteur de l’enfant, lui parle doucement et le regarde.

Il signe les mots-clés tout en les verbalisant et utilise un vocabulaire adapté, une formulation positive, non simplifiée et une seule consigne.

Il laisse le temps à l’enfant de s’exprimer.

Afin que l’enfant puisse faire le lien entre le mot / l’action ou l’objet / le signe, il est nécessaire que l’adulte propose peu de signes mais avec une grande régularité.

Pour débuter, « une vingtaine de signes suffisent à comprendre les besoins, premières nécessités, les émotions et le besoins psychologiques » (Isabelle Cottenceau).

Le signe viendra soutenir le mot-clé dans la phrase prononcée par l’adulte.


Chassez les idées reçues

Rassurez-vous ! Les signes ne remplacent pas les mots et la parole reste le mode dominant de communication. Les études scientifiques menées aux Etats-Unis depuis plusieurs décennies révèlent que les bébés signeurs apprennent à parler plus tôt, sont sûrs d’eux dans l’expression. Le vocabulaire est plus large et précis, les phrases plus longues.


Il ne s’agit d’utiliser des mots en langage bébé du style « tuture, meuh meuh, woua woua » mais d’accompagner vos mots de signes. Un ou deux signes par phrase suffisent pour souligner les mots-clés.


A quel âge commencer ?

Dès la naissance si vous le souhaitez, quand vous en avez envie et que vous êtes prêt. Vous n’attendez pas que bébé babille pour parler. Il en est de même pour les signes.

Les parents commencent en général vers 6 mois car l’enfant commence à être plus attentif et à suivre les gestes. C’est entre 9 et 12 mois qu’il va commencer à imiter et reproduire les gestes ou pas. Il n’y a pas de norme.


L’enfant est libre de se saisir de l’outil ou pas, à son rythme et à sa façon.


 



Partager

© Bébé Bien-Naître. 2012

SIRET 789 976 560 00019

Partager sur Facebook Partager sur Tweeter
Haut de page